Ebola: Solution investir plus

Ebola: Solution investir plus

Les laboratoires preferent investir en cosmétiques et dans la chirurgie esthétique. C’est une vérite hier et aujourd’hui, laboratoires préférant investir dans les laboratoires de cosmétiques et dans la chirurgie esthétique pour les caprices de quelques femmes ou d’hommes dont la coquetterie est menacée par les excès de calories.

Du discours de Thomas Sankara le 4 octobre, 1984

« Je parle au nom des mères de nos pays démunis, qui voient mourir leurs enfants de paludisme ou de diarrhée, ignorant qu’il existe, pour les sauver, des moyens simples que la science des multinationales ne leur offre pas, préférant investir dans les laboratoires de cosmétiques et dans la chirurgie esthétique pour les caprices de quelques femmes ou d’hommes dont la coquetterie est menacée par les excès de calories de leurs repas trop riches et d’une régularité à vous donner, non, plutôt à nous donner, à nous autres du Sahel, le vertige. Ces moyens simples recommandés par l’OMS et l’UNICEF, nous avons décidé de les adopter et de les populariser. »

Discours Thomas Sankara 4 otocbre 1984 à l’Assemblée générale des Nations Unies

L’aide qui nous aide à nous passer de l’aide

L’aide qui nous aide à nous passer de l’aide

…Certes nous encourageons l’aide qui nous aide à nous passer de l’aide. Mais en général, la politique d’assistance et d’aide n’a abouti qu’à nous désorganiser, à nous asservir, à nous déresponsabiliser dans notre espace économique, politique et culturel…
Discour de Thomas

Le diagnostic à l’évidence, était sombre. La source du mal était politique. Le traitement ne pouvait qu’être politique.

Certes nous encourageons l’aide qui nous aide à nous passer de l’aide. Mais en général, la politique d’assistance et d’aide n’a abouti qu’à nous désorganiser, à nous asservir, à nous déresponsabiliser dans notre espace économique, politique et culturel.

Nous avons choisi de risquer de nouvelles voies pour être plus heureux. Nous avons choisi de mettre en place de nouvelles techniques.

Nous avons choisi de rechercher des formes d’organisation mieux adaptées à notre civilisation, rejetant de manière abrupte et définitive toutes sortes de diktats extérieurs, pour créer ainsi les conditions d’une dignité à la hauteur de nos ambitions. Refuser l’état de survie, desserrer les pressions, libérer nos campagnes d’un immobilisme moyenâgeux ou d’une régression, démocratiser notre société, ouvrir les esprits sur un univers de responsabilité collective pour oser inventer l’avenir. Briser et reconstruire l’administration à travers une autre image du fonctionnaire, plonger notre armée dans le peuple par le travail productif et lui rappeler incessamment que sans formation patriotique, un militaire n’est qu’un criminel en puissance. Tel est notre programme politique.

Discours de Sankara devant l’assemblée générale de l’ONU le 4 octobre 1984

L’Afrique n’a pas besoin des aides alimentaires

L’Afrique n’a pas besoin des aides alimentaires

Ces aides alimentaires (…) qui installent dans nos esprits (…) ces réflexes de mendiant, d’assisté, nous n’en voulons vraiment plus ! Il faut produire, produire plus parce qu’il est normal que celui qui vous donne à manger vous dicte également ses volontés. Thomas Sankara

L’Afrique n’a pas besoin des presidents accros au pouvoir et corrompus, je cite:

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, 71 ans et 34 ans au pouvoir, José Eduardo Dos Santos 71 ans et 34 ans au pouvoir, Paul Biya 80 ans et 32 ans au pouvoir, Yoweri Museveni 69 ans et 28 ans au pouvoir, Robert Mugabe 89 ans et 26 ans au pouvoir, Idriss Déby Itno 62 ans et 23 ans au pouvoir, Omar el-Béchir 70 ans et 20 ans au pouvoir, Issayas Afeworki 67 ans et 20 ans au pouvoir

Thomas Sankara

Thomas SankaraMale View treeBorn: 1946-12-21Died: 1987-10-15
Father: Joseph samboMother: Marguerite Sankara
Children: Auguste Sankara, Philippe Sankara
Siblings: none

Thomas SankaraThomas Sankara sur FacebookThomas Sankara est un homme politique anti-impérialiste, panafricaniste et tiers-mondiste burkinabè. Il est né le 21 décembre 1949 à Yako en Haute-Volta et mort assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou au Burkina Faso.

Il incarne et dirige la révolution burkinabè du 4 août 1983 jusqu’à son assassinat lors d’un coup d’État qui amène au pouvoir Blaise Compaoré, le 15 octobre 1987. Il fait notamment changer le nom de la Haute-Volta, nom issu de la colonisation, en un nom issu de la tradition africaine : Burkina Faso, qui est un mélange de moré et de dioula et signifie pays des hommes intègres. Il conduit une politique d’affranchissement du peuple burkinabè. Son gouvernement entreprend des réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l’éducation, l’agriculture et le statut des femmes.

Visiter le site sur Thomas Sankara(thomassankara.net

Quelques citations de Thomas Sankara:

  • Ceux qui nous ont prêté de l’argent, ce sont eux qui nous ont colonisés.
  •  Nous sommes étrangers à la dette, nous ne pouvons donc la payer !
  • La dette ne peut pas être remboursé parce que d’abord si nous ne payons pas, les bailleurs de fonds ne mourront pas. Soyons-en sûrs. Par contre, si nous payons, c’est nous qui allons mourir. Soyons-en sûrs également.
  • La libération de la femme : une exigence du futur !
  • Un homme, si opprimé soit-il, trouve un être à opprimer : sa femme !
  • La vraie émancipation de la femme, c’est celle qui responsabilise la femme !
  • Ni le coran, ni la bible, ni les autres n’ont jamais pu réconcilier le riche et le pauvre !
  • Nous avons besoin d’un peuple convaincu plutôt que d’un peuple vaincu !
  • Ceux qui veulent exploiter l’Afrique sont les mêmes qui exploitent l’Europe !
  • Nous ne pouvons laisser à nos seuls ennemis d’hier et d’aujourd’hui le monopole de la pensée, de l’imagination et de la créativité !
  • Comptons sur nos propres forces !
  • Tuez Sankara, des milliers de Sankara naîtront !
  • Vivre avec les masses, vaincre avec les masses !
  • Le système néocolonial tremble quand le peuple devenu maître de sa destinée veut rendre sa justice !
  • Les trois luttes : Lutte contre la désertification, les feux de brousse et la divagation des animaux.

 

 

Les présidents africains les plus accro au pouvoir

Les présidents africains les plus accro au pouvoir
De Blaise Compaoré à Yoweri Museveni, voici les chefs d’État qui ne sont pas prêts à céder leur place.

Afridem, demande d’une démocratie réelle en Afrique!
Non à la démocratie à l’Africaine, les présidents qui ne peuvent plus s’en passer. Arrivés à la tête de leurs pays par coup d’Etat ou par des élections dites démocratiques, voici un petit échantillon classement des ces dirigeants africains:

  • Teodoro Obiang Nguema(Guinée Équatoriale). Arrivé au pouvoir le 3 août 1979,
  • José Eduardo Dos Santos(Angola). arrivé au pouvoir le 10 septembre 1979,
  • Paul Biya(Cameroun), arrivé au le 6 novembre 1982,
  • Yoweri Museveni(Ouganda) arrivé au pouvoir janvier 1986,
  • Robert Mugabe(Zimbabwe), arrivé au pouvoir en 31 décembre 1987,
  • Idriss Déby Itno(Tchad), arrivé au pouvoir le 2 décembre 1990,
  • Blaise Compaore au pouvoir, après l’assassinant de Thomas Sankara le 15 octobre 1987,
  • Omar Hasan Ahmad al-Bashir(Soudan du nord) arrivé au pouvoir en 1998,
  • Issayas Afeworki(Eritrea) arrivé au pouvoir en mai 1991,
  • Denis Sassou-Nguesso(République du Congo)  au pouvoir de 8 février 1979 à 31 août 1992, depuis le 25 octobre 1997